Dix jours après ma deuxième chimio : plus que pénible,  la fatigue est douleur. Et cette douleur absout totalement ma paresse. (suite…)