En France, quelque 3 millions de personnes de 15 ans et plus sont directement concernées par le cancer, c’est-à-dire aujourd’hui en rémission ou encore en cours de traitement.

Ces statistiques, rendues publiques par l’Institut national du cancer (INCa) ce mois-ci, synthétisent les différentes sources chiffrées disponibles en France : réseau des registres de cancers Francim, service de biostatistique des Hospices civils de Lyon, Institut de veille sanitaire et Inca lui-même. Il s’agit de données de l’année 2008, les dernières disponibles.

Plus précisément, ce vaste groupe humain rassemble 1.570.000 hommes et 1.412.000 femmes, soit 4,5 % d’une population française qui s’élevait, en janvier 2014, à 65,8 millions de personnes! Parmi les premiers, le cancer de la prostate est le plus courant : un tiers des cas. Chez les secondes, le cancer du sein représente à lui seul la moitié des cas recensés. Quant au cancer colorectal, il représente 10 % des cas chez les hommes comme chez les femmes.

Sur ce total de quelque 3 millions, 1,7 million de personnes (un peu plus d’hommes que de femmes), soit près de 60 %, ont été diagnostiquées au cours des dix dernières années et sont donc guéries ou en rémission complète – d’un cancer de la prostate ou du sein, le plus souvent. Pour un tiers du total, le diagnostic a été posé au cours des cinq dernières années. Enfin, le nombre de personnes (de 15 ans et plus) ayant eu un diagnostic de cancer au cours de l’année précédente est estimé à près de 280 500 : il s’agit donc du nombre de personnes en traitement initial.

Ces résultats « invitent à mieux prendre en compte l’après cancer » mais aussi « les ruptures dans la vie sociale, professionnelle ou scolaire du fait de la maladie et de ses traitements », soulignent les auteurs.