Le discours sur l’efficacité de l’activité physique dans la lutte contre le maladie «passe mieux» auprès des bac+3 constatait, le 6 février dernier, lors de la rencontre organisée par la Cami durant le Congrès de l’ICACT, le psychiatre Pierre Saltel du centre Léon Bérard, à Lyon : «Les moins diplômés sont donc moins disponibles pour pratiquer un sport et cela aggrave l’inégalité face au cancer». Une pierre à ajouter à la barque déjà chargée des inégalités face au cancer, soulignées par l’Inserm et l’Inca.