L’accent chantant et chaleureux, ce cancérologue du centre hospitalier de Rodez n’a pas craint de confesser au public durant le Congrès de l’ICACT : « Après avoir conseillé durant 25 ans à mes patients de se reposer, je leur demande au contraire de bouger depuis 5 à 6 ans ! » Alain Marre n’est bien sûr pas le seul dans ce cas, cette prise de conscience traverse toute la cancérologie. Je discutais début mars avec le docteur Laure Copel, de l’institut Curie. Elle m’expliquait que l’époque du « repos conseillé » après une opération du cancer du sein était bel et bien révolue, même après un curage axillaire et chez les patientes souffrant de « gros bras ». Aujourd’hui, la pratique d’un sport –au terme d’une reprise progressive, bien sûr–  est tout à fait encouragée. Y compris du tennis, de l’escrime et même de l’escalade !