Les psychiatres sont jaloux du succès des sportifs. C’est du moins ce que semblait vouloir dire la boutade lancée par le psychiatre Pierre Saltel en prenant la parole, le 6 février dernier, devant une salle comble, lors du Congrès de l’ICACT : « Avant, c’était nous, les psychiatres, qui remplissions les salles, maintenant c’est vous, les sportifs ! Vous nous faites concurrence ! » Puis il constatait les effets ambivalents d’un suivi onco-psychiatrique sur la maladie, tout en rendant hommage aux bienfaits mesurables de l’activité physique. Boutade ironique, en guise de conclusion, du bouillant Thierry Bouillet, cancérologue à l’hôpital Avicenne de Bobigny, directeur de l’Institut de radiothérapie en hautes énergies de Saint-Denis (93) et passionné de karaté : « Adidas contre Prozac ! On va pouvoir se passer des psychiatres ! »